top of page
Rechercher

Comment comprendre son cheval ?

Comprendre son cheval c'est savoir l'écouter. Il est essentiel que cavalier et cheval se fassent confiance, mais comment y parvenir ?


Le cheval est un animal très sociable et attentif. Il se sent rassuré par la présence d'autres congénères. Il est aussi doté d'une bonne mémoire, et se souvient donc des bonnes comme des mauvaises expériences. La confiance est donc primordiale entre le cavalier et le cheval.




Savoir observer son cheval


La première étape pour comprendre son cheval, c'est bien sûr de l'observer. Cela permet de savoir s'il est détendu ou plutôt nerveux. Le corps du cheval est muet et pourtant, il nous dit bien des choses...


Les oreilles sont l'un des premiers facteurs à prendre en compte. Un cheval qui a les oreilles raides et rabattues en arrière donne un message d'alerte, c'est un avertissement. Il faut être attentif à ce qui pourrait le déranger. A l'inverse, si le cheval a les oreilles relâchées, cela signifie qu'il est détendu et attentif au bruits qui l'entourent.


Il faut également prendre en compte ses mouvements. Si un cheval montre son arrière-train, c'est un avertissement encore plus fort que le fait de plaquer ses oreilles vers l'arrière. S'il se met dans cette position, il va probablement ruer. La tête du cheval révèle également sont état d'esprit. Si un cheval vous tapote doucement avec sa tête, il vous sollicite, demande votre attention. En revanche, des mouvements plus saccadés de la tête sont le signe d’une attitude défensive, le cheval pourrait ensuite ruer ou se cabrer.


Les pattes sont un moyen de savoir si le cheval est impatient ou non. Un cheval qui martèle ses sabots au sol le fait généralement pour exprimer son impatience.  Lorsqu’un étalon tape du pied sur le sol ou qu’il gratte avec beaucoup d’insistance, cela fait partie des attitudes typiques du mâle face à la femelle. L’allure appelée “pas espagnol” se base sur ce comportement.


Ecouter son cheval, au sens propre


Le hennissement chez les chevaux peut revêtir diverses significations. Il peut servir à saluer, comme un doux échange entre individus. De plus, il constitue un moyen efficace de communication à distance, permettant aux juments et aux poulains de se retrouver plus facilement.

Cependant, il peut aussi être un signal d'alerte, notamment lorsque prononcé de manière stridente par des étalons nerveux, prévenant parfois d'une attaque imminente. Dans d'autres circonstances, le hennissement peut exprimer le malaise d'une jument se sentant harcelée par un mâle, ou la peur ressentie par un cheval face à une situation perçue comme menaçante.


Le reniflement est lui aussi un facteur à prendre en compte chez les équidés. Quand un cheval renifle de manière soutenue, on le qualifie de renâcle, et dans le langage équestre, cela témoigne souvent d'un état de détente. Par exemple, il peut arriver qu'un cheval renifle bruyamment après avoir pris un bon repas, signifiant ainsi sa satisfaction et sa satiété. D'autres fois, les chevaux expriment leur contentement en reniflant de cette manière lorsqu'ils retournent au pré après une séance d'entraînement ou une promenade, informant ainsi leurs congénères que tout va bien, ces derniers pouvant répondre en reniflant à leur tour.

Cependant, des reniflements fréquents et rapprochés peuvent aussi signaler que le cheval n'est pas complètement à l'aise ou qu'il cherche à attirer l'attention sur un danger. Dans de telles situations, le cheval adoptera généralement une posture plus tendue.


Le couinement chez le cheval peut indiquer un haut niveau de confiance ou d'excitation. Certains chevaux couinent lorsqu'ils sont pris d'un moment d'euphorie. Cependant, il faut rester vigilant face à un cheval qui couine, car cela peut rapidement évoluer vers un comportement menaçant.


Reconnaître les troubles du comportement chez un cheval


Les comportements problématiques chez les chevaux se manifestent souvent par des mouvements répétitifs que l'on appelle des "tics" (Troubles Involontaires du Comportement). Parmi les plus fréquents, on trouve le tic à l'appui et le tic de l'ours.


Le tic à l'appui


Lorsqu'un cheval présente un tic à l'appui, il saisit des objets avec ses incisives et les tire vers l'arrière tout en contractant les muscles de son encolure. Parfois, le cheval peut contracter ses muscles sans prendre appui sur un objet, c'est ce qu'on appelle un tic à l'air. Dans les deux cas, le cheval émet généralement un son caractéristique, semblable à un rot. Ces comportements sont souvent associés à l'ennui et affectent particulièrement les chevaux qui ont besoin d'être constamment stimulés.


Le tic de l'ours


On parle de tic de l'ours lorsqu'un cheval se balance d'une patte antérieure à l'autre de façon continue. Ce comportement est majoritairement observé chez les pur-sang qui manquent d'activité. Ce tic peut être aussi e dû au stress psychologique ou à un manque de fourrage. Même si ce tic n'affecte pas la santé, il indique néanmoins un manque de stimulation extérieure. Pour soulager l'animal, il est nécessaire de lui offrir plus de liberté et de lui faire faire de l'exercice.



Comprenez-vous votre cheval ?

  • Oui !

  • Pas toujours

  • Non pas encore...



Comprendre son cheval prend du temps, il faut donc s'armer de patience. Mais le cheval est très communicatif. En prenant en compte les différents signaux qu'il vous envoie, vous réussirez à le comprendre pour installer un lien de confiance.









Comments


bottom of page